QUI SOMMES-NOUS

Sur la page "études"

- Quand l'actuel pontificat pose question, par le professeur Roberto de Mattei.
- Un pape débordé, par le professeur Hubert Windisch.

- “Amoris laetitia” et l'unité de l'Eglise, par Peter Winnemöller.
- Les deux Eglises, par Samuel Nyom.
- Un fidèle a-t-il le droit de reprendre le pape ou un supérieur ? d'après une étude du Professeur Roberto De Mattei.
- Quand le sacré devient profane et que le profane devient sacré, par Dom Wallner.

- Privée de beauté, la liturgie est morte, d'après Dietrich von Hildebrand.
- Les familles liturgiques.
- Veritatis splendor, par Falk van Gaver (Source : "La Nef").

"Les fidèles ont le droit de rendre le culte à Dieu selon les dispositions de leur rite propre approuvé par les Pasteurs légitimes de l'Eglise..." (Code de Droit canonique, can. 214)

scribe_moine

A la suite du Bx Paul VI et de S. Jean-Paul II, le Pape Benoît XVI, puis le Pape François, ont demandé à tous les fidèles d’entrer dans un grand mouvement permettant de mettre en oeuvre la liturgie de l'Eglise telle que le concile Vatican II l’a vraiment voulue.

En devenant Membre de "Pro Liturgia", vous répondrez à cet appel pressant et vous participerez à ce mouvement.

L’abonnement annuel donne droit aux 12 numéros du Bulletin “Pro Liturgia”
pour l'année civile en cours (16 pages mensuelles d’informations et d’articles divers).

L’ABONNEMENT SE FAIT...

... soit par l’envoi d’un chèque bancaire à l’ordre de l’APL à “Pro Liturgia”, 9c, avenue Clemenceau - F - 67560 ROSHEIM

... soit par virement CCP : Strasbourg 8150 U

... soit par virement bancaire au Crédit Mutuel de Rouffach, 17 rue des Abeilles - F - 68250 ROUFFACH

Code IBAN : FR76 1027 8033 3000 0127 5304 563 et Code BIC : CMCIFR2A


MONTANT DE LA COTISATION :

- pays de l’Union européenne et Suisse : 25€
- autres pays : 30€


L'HISTOIRE DE “PRO LITURGIA”

De juillet à août 1988, des jeunes de la paroisse Notre-Dame de Rouffach (diocèse de Strasbourg, Haut-Rhin) organisent une exposition sur le chant grégorien.

292964_507789253_rouffach-e0glisenotredame-1_H102223_L


Dépassant la seule question du chant grégorien, de nombreux visiteurs avouent ne plus être attirés par les liturgies aléatoires et si souvent désacralisées qui sont célébrées dans la quasi-totalité des paroisses de France en raison d’une mauvaise application des décisions prises lors du concile Vatican II.

Pour répondre aux souhaits de ces visiteurs, le 3 décembre 1988, quelques personnes se réunissent et fondent l’ASSOCIATION POUR LA PROMOTION DE LA LITURGIE ROMAINE LATINE.

Surnommée “Association Pro Liturgia”, elle reçoit rapidement les encouragements de plusieurs hauts responsables du Saint-Siège, dont ceux du Cardinal Joseph Ratzinger, qui deviendra Pape après le décès de S. Jean-Paul II.

pape-benoit-xvi-3551175ywkcx_1370

En matière de liturgie, l’Association “Pro Liturgia” ne demande - conformément au Droit canonique - que l’exacte application des décisions prises à la suite du concile Vatican II et des enseignements magistériels ultérieurs.
Son but est donc de favoriser la mise en oeuvre de la liturgie romaine définie par les livres officiels, y compris, quand les fidèles ont font la demande ou qu’une occasion se présente, sous sa forme latine et grégorienne, comme le recommande l’Eglise.

Son Président actuel est Denis Crouan, docteur en théologie catholique, professeur émérite de Lettres et d'Histoire, organiste et spécialiste du chant grégorien.

L’Association “Pro Liturgia” ne veut aucun qualificatif qui la classerait dans tel ou tel courant.
Attentive aux seuls enseignements du Magistère, elle fonde son action :
- sur le droit de tous les fidèles de l’Eglise à bénéficier de l’authentique liturgie catholique ;
- sur la connaissance et la mise en oeuvre des textes officiels de l’Eglise lus à la lumière de la Tradition vivante et non interprétés selon des vues subjectives ou partisanes.

Comptant des Membres en France ainsi que dans plusieurs autres pays, l’Association “Pro Liturgia” organise des rencontres, conserve des liens étroits avec le Saint-Siège et publie un Bulletin mensuel d’information (voir ci-dessus) ainsi que des livres.

LA CHARTE DE « PRO LITURGIA » (extraits)

1. Nous affirmons qu’il faut lire et comprendre les documents du concile Vatican II dans l’esprit de la Tradition dont seule l’Eglise est garante, et selon l’herméneutique de la continuité et non de la rupture (Cf. Discours du Pape Benoît XVI à la Curie domaine, 22 décembre 2005).
Ainsi, tout changement induit par le dernier Concile dans la Liturgie doit jaillir d’une façon organique à partir des formes antérieures, selon l’adage biblique bien connu : “nova et vetera”.

2. Nous sommes convaincus que certaines applications et adaptations réalisées en se référant aux textes du concile Vatican II ont été marquées par la précipitation et souvent même par le manque de discernement.

3. Nous demandons qu’on délivre le latin et le chant grégorien de cette espèce d’interdit qui, de facto, les frappe depuis la fin du Concile dans la plupart des paroisses.

neumes messins

4. Nous reconnaissons que, outre le chant grégorien et la musique polyphonique, les cantiques en langue vernaculaire dits “populaires” ont toute leur place au cours des célébrations, à condition toutefois qu’ils soient conformes aux normes de l’Eglise concernant la composition et l’interprétation de la musique sacrée.

5. Nous souhaitons vivement que le clergé puisse bénéficier d’une formation liturgique de qualité qui puise uniquement sa source dans l’enseignement de l’Eglise.
Nous demandons qu’on veille à n’appliquer que les normes de l’Eglise et que, par conséquent, on écarte les idées novatrices, la fausse créativité plus ou moins liée aux modes et aux idées profanes du moment, les improvisations et - en particulier pour ce qui concerne la célébration de la sainte Messe - toutes les initiatives qui iraient à l’encontre des dispositions contenues dans le Missel romain.
ndc30ans2012_072

6. Nous nous engageons à nous documenter et à nous former aux questions liturgiques en prenant appui sur les documents du Magistère.

7. Nous nous engageons à demander aux évêques diocésains, d’une manière aussi respectueuse que déterminée, que la liturgie célébrée dans nos paroisses soit celle de l’Eglise catholique et non celle d’une personne, d'un groupe de personnes ou encore d’une communauté particulière.